Athlétisme: ces jeunes Varois ont rendez-vous au pays des feux follets

Article paru dans Var Matin du 13 Mars 2021 – Ecrit par Vincent Beltran

Le Creps de Boulouris, à Saint-Raphaël. L’un des 17 de France. Photo Philippe Arnassan

À l’Entente du Pays de Fayence, un club familial peuplé d’irréductibles athlètes, deux jeunes ont décroché un titre de champion de France en février. Un à la perche, l’autre à l’heptathlon. Rencontre avec Anthony Ammirati et Maxime Moitié-Charnois au pôle espoirs d’athlétisme du Creps de Boulouris à Saint-Raphaël.

Leur druide n’a pas de potion magique. Seulement un dicton emprunté à Georges Brassens et réadapté en guise de leitmotiv: « Le don sans travail n’est qu’une sale manie. »

Pas sûr que les générations d’athlètes entraînées par Gérard Vialette partagent ses goûts musicaux. Mais tous écoutent attentivement les conseils avisés du directeur technique de l’Entente du Pays de Fayence athlétisme (EPF).

L’ex-conseiller technique du pôle espoirs de Boulouris et ancien responsable national du saut en longueur intervient toujours au Creps de Saint-Raphaël en accompagnant de jeunes sportifs de la région vers le haut niveau.

Comme Anthony Ammirati (juniors) et Maxime Moitié-Charnois (cadets), respectivement champions de France en salle 2021 de saut à la perche et d’heptathlon. Ils suivent les traces de la perchiste fayençoise Mallaury Sautereau, de retour sur ses terres après un passage au pôle national de Clermont-Ferrand.

« Ces trois-là viennent de l’EPF, un club familial où chacun peut progresser. Un esprit insufflé par l’ex-président Guy Burle et entretenu par son récent successeur Éric Chiabrando », poursuit l’entraîneur. Et, à Boulouris, sur le groupe qu’il suit avec Daniel Darien (spécialiste des haies), cinq athlètes sur neuf viennent du Pays de Fayence. Ou plutôt celui des feux follets.

L’ENVOL D’ANTHONY AMMIRATI

Il tutoie les cimes des pins du Creps de Boulouris à Saint-Raphaël dans la grisaille d’une fin d’hiver. Sous l’objectif de notre photographe, l’image semble d’autant plus frappante. Anthony Ammirati vole. En mode Peter Pan à la recherche de son ombre? Non. Pas de soleil en vue de toute façon. Le perchiste de l’Entente du Pays de Fayence athlétisme (EPF) répète ses gammes. Barre après barre, en quête du geste juste. Avec des perches fournies par Valentin Lavillenie, une de ses idoles, il se perfectionne au sein du pôle espoirs athlétisme.

L’an prochain, Anthony Ammirati s’envolera pour le pôle France de perche à Clermont-Ferrand. Mais le Fayençois gardera les couleurs de son club formateur en compétition. (Photo Clément Tiberghien)

En première année juniors, à 17 ans, le Fayençois a été sacré champion de France indoor de saut à la perche de sa catégorie en février à Miramas. Pour y parvenir, il a franchi 5,18 mètres et son record s’élève à 5,30 mètres.

« Des qualités de pied exceptionnelles »

« Il s’agit déjà des minima pour les qualifications aux championnats d’Europe juniors, indique son entraîneur Gérard Vialette, directeur technique de l’Entente du Pays de Fayence athlétisme (EPF) et intervenant au pôle espoirs athlétisme du Creps. Et je ne doute absolument pas qu’il va passer les 5,40 mètres [qualificatifs pour les championnats du monde juniors, ndlr], voire les 5,50 mètres, dès cet été. » Cette spécialité qu’il adore, Anthony l’a notamment connue grâce à Mallaury Sautereau. Cette autre perchiste fayençoise, également passée entre les mains de Gérard Vialette, avait participé aux championnats du monde cadets d’athlétisme en 2013 en Ukraine.

« Pour performer dans cette discipline, il faut être rapide et aimer les sensations fortes en alliant la puissance et la souplesse. Mentalement, cela demande aussi de la folie. On ne doit pas trop penser aux conséquences », analyse Anthony Ammirati.

Pourtant, le Varois garde la tête sur les épaules et ne manque pas d’atouts. « Il possède de grosses aptitudes physiques et des qualités de pied exceptionnelles, affirme son entraîneur. Et il a une énorme envie d’accéder au très haut niveau. Parfois, son perfectionnisme peut l’amener à s’enfermer. Il arrive que je sois obligé de le faire sortir de cette bulle pour lui dire: “Continue à jouer.” Même dans les sphères qu’il veut atteindre, il doit toujours y avoir une part de jeu. D’autant que sur les compétitions, il demeure très bon. Mais dans certaines situations à l’entraînement, il peut s’améliorer sur l’adaptabilité. »

Cinquième mondial de sa catégorie, Anthony vise un podium européen en juillet en Estonie et espère aussi briller aux championnats du monde au Kenya en août. Et, dans un coin de sa tête, les JO 2024 en France résonnent déjà peut-être un peu.

LE DIAMANT MAXIME MOITIÉ-CHARNOIS

« Maxime! Mets-toi directement dans le retourné. Là, tu sautes en deux temps », tempête l’entraîneur après un saut à la perche raté d’un de ses poulains.

Pour l’athlète de l’Entente du Pays de Fayence Maxime Moitié-Charnois, les haies demeurent une de ses épreuves de prédilection de l’heptathlon. (Photo Clément Tiberghien)

Les mains dans le dos, l’œil plissé, rien n’échappe à Gérard Vialette, directeur technique de l’Entente du Pays de Fayence athlétisme (EPF) et intervenant au pôle espoirs athlétisme du Creps de Boulouris.

À l’entraînement, sur la piste de Saint-Raphaël, le Fayençois Maxime-Moitié Charnois écoute et enregistre les remarques. Le saut suivant n’a rien à voir: « Voilà, là tu me fais plaisir! »

À 16 ans, l’athlète de l’EPF a remporté le titre de champion de France cadets en salle d’heptathlon (1), en février à Miramas. Avec, à la clé, son record de points : 5 154. « Cette discipline demande de grosses qualités physiques et mentales. Il faut à la fois être complet et constant dans la performance », estime l’externe au Creps de Boulouris, actuellement en classe de première au lycée raphaëlois Antoine-de-Saint-Exupéry.

Maxime, arrivé en septembre 2020 au pôle espoirs, espère pouvoir vivre un jour de l’athlétisme et rêve, comme beaucoup de sportifs de haut niveau, de représenter la France lors d’une olympiade. En 2024, à la maison, peut-être?

« C’est encore un peu court je pense », glisse-t-il humblement. Pourtant, l’adolescent ne manque pas de qualités. « Maxime possède une grande polyvalence. Il est bon partout et il peut se révéler excellent tant sur les haies, que sur le saut en hauteur, voire à la perche », explique son entraîneur.

« Apprendre à se relâcher »

Même si, de temps en temps, certains de ses atouts lui jouent des tours. « C’est un peu la force brute. Il doit encore apprendre à se relâcher car cela peut le perturber dans la réalisation du geste technique. Il veut tellement mettre d’intensité dans ce qu’il entreprend… Mais il est fort dans le sens littéral du terme. Parfois, il m’impressionne vraiment », poursuit-il.

Mais Maxime Moitié-Charnois, qui a grandi à Montauroux, le sait. Sérieux, il travaille avec détermination pendant environ une douzaine d’heures par semaine et se donne les moyens de progresser. « Ici, tous les gamins du groupe du pôle bossent. Et Maxime, comme les autres, ne s’échappe pas. Ils savent que si l’on fonctionne uniquement sur ses qualités, cela ne suffit pas au très haut niveau. »

Prochain objectif de la saison pour le Fayençois: devenir champion de France cadets de l’heptathlon cet été en extérieur. Pour résumer, voilà « un diamant qu’il faut continuer de polir », dixit Gérard Vialette.

Assemblée générale 2021

Article paru dans Var Matin le 9 fevrier 2021 par C.G.

Guy Burle : « Merci président »

Beaucoup d’émotion pour le départ du président fondateur de l’Entente du Pays de Fayence Athlétisme. Un club familial qui obtient de remarquables résultats au plan national.

Anthony Ammirati félicité par Guy (au centre) et François Cavallier.

Merci président ! L’ensemble des membres de l’Entente du Pays de Fayence Athlétisme (E.P.F.A.) a prononcé ces mots à l’envi au président charismatique qui a annoncé son départ du club créé par ses soins en 2004.

Cette déclaration Guy Burle l’a faite lors de l’assemblée générale du club qui s’est tenue, dans le strict respect des consignes sanitaires, samedi après-midi dans la salle Iris Barry à Fayence (1). Et il a eu du mal à contenir son émotion tant ce club c’est sa vie, « son bébé », depuis près de 17 ans.

« C’est une belle aventure humaine et sportive et je remercie plus particulièrement Jean-Pierre Bottero, maire de Montauroux à l’époque, son 1er adjoint, Philippe Vizier, et François Cavallier, maire de Callian et vice-président du conseil départemental encore présent ce soir, qui m’ont accordé leur confiance et qui m’ont accompagné et soutenu sans relâche pendant toutes ces années. Merci de tout cœur ».

La performance de tous

Bien entendu il n’a oublié ni les bénévoles « les piliers de l’E.P.F Athlétisme », ni les athlètes « tellement motivés », les entraîneurs « qui ont permis aux Mallaury Sautereau, Anthony Ammirati et autres de devenir les athlètes de haut niveau qu’ils sont aujourd’hui ».

Le bel hommage des jeunes du club à Guy Burle

Mais pour lui « la performance ce n’est pas seulement celle de nos champions. Ils n’en sont que la vitrine car la performance c’est aussi et surtout la vôtre, celle que vous accomplissez chaque fois que vous vous dépassez pour participer à la victoire de votre équipe ».

Certes Guy cède les rênes de l’E.P.F. Athlétisme à une nouvelle équipe (2), mais il a précisé, les larmes aux yeux : « Je ne vous quitte pas.. le pourrais-je seulement ? Ma vie au club sera celle que j’affectionne le plus, celle du terrain, celle de coach et je vais continuer à en faire souffrir certains et contribuer à l’éducation et la carrière sportive de celles et ceux qui me font confiance. » Et ils sont nombreux. « Je vous transmets mon bébé avec l’eau du bain, c’est un beau bébé et l’eau du bain et claire et bonne à boire ». Chapeau monsieur ! Juste avant que Guy Burle ne tire les larmes aux participants de cette assemblée générale, Eric Chiabrando, le nouveau président élu, a déroulé le rapport moral 2020 qui, malgré « une année très pénible pour tous », a quand même tenu ses promesses.

Le nouveau président Eric Chiabrando prêt à la relève

Le nouveau comité directeur entourant le président Eric Chiabrando (costume noir au centre).

Eric Chiabrando, nouveau président, a rappelé les deux titres aux championnats de France indoor à Miramas pour les cadets et à la perche pour l’incontournable Anthony Ammirati, qui faisait également partie du relais victorieux du 4x200m avec Mathias Cappo, Tom Grauwels et Maxime Moitié Chamois (médaille d’argent au 60m haies). En septembre, Mallaury Sautereau est revenue d’Albi avec une médaille de bronze à la perche au championnat de France Élite.

Succès de l’Éco-trail

« Vivement les championnats de 2021 pour nos champions et pour tous ceux qui participent aux nombreuses manifestations hivernales et estivales », indiquaitil avec optimisme, tout en rappelant « le succès de l’Éco-trail, brillamment organisé par Laurent Marin, au Défens, à Montauroux et qui portera le nom de Natura-Trail pour sa 2e édition prévue le 26 septembre ». L’efficace trésorière, Martine Cappo, a rappelé que « malgré une année très difficile, le résultat de l’exercice 2020 est bénéficiaire de 14.900 euros contre 833 euros en 2019 », remerciant au passage, pour les subventions reçues, René Ugo, président de la ComCom, Jean-Yves Huet, Camille Bouge, François Cavallier les maires des communes de Montauroux, Tourrettes et Callian et Jean-Luc Fabre l’ex-maire de Fayence et les divers sponsors. Gérard Vialette, l’entraîneur général, a rappelé les belles performances et salué « l’ambiance conviviale entre entraîneurs, athlètes, parents et membres du comité directeur » et a souligné que le club est aujourd’hui un des tout premiers en France. S’adressant à Guy Burle, Gérard a eu ces mots : « J’ai eu la chance de participer à des J.O et des championnats de haut niveau. Mais ce jour restera le plus beau de ma carrière d’entraîneur.. pour tout ça, merci Guy ».

1. En présence de François Cavallier, vice-président du conseil départemental, Philippe Fenocchio, adjoint aux sports à Fayence et Alain Vaillant président du comité d’athlétisme du Var.

2. Nouveau bureau : président Eric Chiabrando ; membres : Armand Ammirati, Martine Cappo, Christophe Jupin, Philippe Mahé, Laurent Marin et Pascal Rea.

À grandes foulées !

Var Matin du 30/09/2019

PAR C.G. (Var Matin) Publié le 30/09/2019

La troisième édition des 10 km a attiré près de 200 participants sur un parcours très sélectif, via les vignobles. Jérémy Défaye s’est imposé en 34,44 mn

Le vainqueur du jour en open Jérémy Defaye. La course des pitchouns éveil poussins très disputée.

Organisée par l’Entente Pays de Fayence Athlétisme, la 3e édition de cette course hors stade a remporté un vrai succès populaire hier matin. D’autant plus que cette année l’épreuve des 10 km compte pour le championnat régional ligue Région-Sud. Elle est donc qualificative pour les championnats de France. Comme l’avait déjà mentionné le maire Jean-Luc Fabre, qui a joué le starter de service, « cette compétition va trouver sa place parmi les grandes courses de cette catégorie ces prochaines années ». Près de 200 participants se sont essayés sur ce parcours très sélectif, via les vignobles en dessous le village, sur 10 km pour les plus aguerris, en course et marche libre de 5,25 km pour toute la famille, en catégorie éveil et poussins sur 1,4 km et les benjamins et minimes sur 2,1 km. Beaucoup sont venus de loin découvrir le Pays de Fayence sous le soleil et ont mis un point d’honneur à terminer leurs parcours.

Les résultats : 10 km hommes : 1er Jérémy Defaye open en 34,44 mn ; 2e Mathieu Sibillat masters 1 de l’AMSL Fréjus Athlétisme en 35,46mn ; 3e Jean-Pierre Costantin masters 2 de Courir Pays de Grasse en 36,02mn. 10 km femmes : 1re Céline Bousrez master 1 Courir Pays de Grasse en 41,46 mn ; 2e Alix De Lafage masters 1 Draguignan UC en 41,53mn ; 3e Julia Bernard cadettes Courir Pays de Grasse en 42,16mn.

BAKOU 2019 – L’OR, ENFIN !

Voilà 3 jours désormais que l’argent et le bronze s’accumulent dans la collection de la délégation française. Il faut bien avouer que cela manquait un peu d’or, et que ce dernier métal était impatiemment attendu. Il est arrivé, grâce à un concours parfaitement mené en saut à la perche par Anthony Ammirati ! Les Bleuets comptent désormais un total de 12 médailles (1 or, 3 argent, 8 bronze)

Extrait de l’article paru dans Le Journal des Bleuets

Ammirati en argent

Var Matin du 02/03/2019

PAR J.L. (Var Matin) Publié le 02/03/2019

Anthony Ammirati (à gauche) a décroché la seule médaille varoise de ces championnats. J. L.

L’Arena de Liévin (Pas-de-Calais) accueillait les championnats de France cadets et juniors et ses 783 engagé(e)s le temps d’un week-end.

Poursuivre la lecture

Une barre a été franchie par les athlètes locaux

Var Matin du 21/02/2019

PAR C.G. (Var Matin) Publié le 21/02/2019

Anthony Ammirati, meilleure performance mondiale de l’année dans sa catégorie.

L’Entente a obtenu d’excellents résultats en 2018. Et affirme sa vocation sociale

L’assemblée générale de l’Entente Pays de Fayence Athlétisme s’est tenue en présence d’une centaines d’adhérents. Rencontre avec sont président, Guy Burle.

Poursuivre la lecture

Anthony Ammirati, perchiste de haut vol

Var Matin du 26/10/2018

PAR C.G. (Var Matin) Publié le 26/10/2018

Ce Montaurousien, pensionnaire de l’Entente Pays de Fayence Athlétisme, a battu le record de France minimes de saut à la perche à Dreux en passant la barre à 4m87, réalisant ainsi la meilleure performance mondiale de sa catégorie.

Rencontre avec ce jeune athlète de 15 ans, élève du lycée Saint-Exupéry de Fréjus : «Cela fait 4 ans que je pratique la discipline du saut à la perche au sein de l’Entente du Pays de Fayence et j’ai également la chance de m’entraîner à Boulouris en alternant le sport et les études».

Le reste on le connaît : un titre de champion de France par équipes avec les «potes» et la meilleure performance mondiale de l’année.

Heureux le président Guy Burle, les membres et les amis du club qui ont fêté, comme il se doit leur champion au stade intercommunal de Tourrettes, lequel abrite d’autres pépites en devenir. C.G.